Article

2- Des filles pires que les garçons? Répartition sexuée des faits de violence et des réponses institutionnelles
par

- Stéphanie Rubi, Laboratoire LACES – équipe ERCEP3, IUT Carrières Sociales Michel de Montaigne, Université Bordeaux Montaigne - Chercheure associée à l’OUIEP




Comment expliquer la présence bien moins importante des filles dans les actes de violences à l ‘école ? Une lecture essentialiste amène à penser que le masculin est par nature violent. Or la socialisation sexuée en tant qu’intériorisation des rôles de sexe offre des clés de lecture à l’égard de ces proportions très disparates mais aussi par rapport aux « spécialisations » des filles et des garçons dans les formes de violence. Trois temps structurent le propos de cet article : nous examinons précisément la place des filles dans les conduites violentes commises dans l’enceinte scolaire. Nous interrogeons la part des socialisations sexuées différenciées dans la structuration des violences à l’école, ce faisant nous appréhendons comment un régime de genre actualise dans l’enceinte scolaire les rapports sociaux de sexe et consacre les conduites déviantes féminines en les soumettant à un régime d’exceptionnalité. Nous terminons en observant à partir des exclusions temporaires la lecture faite par l’institution scolaire de ces conduites et au traitement différencié qu’elle met en œuvre.

Mots-clés : Filles, déviances scolaires, genre, violences, girls, school delinquency, gender, school violence..

Pour télécharger la version complète de l'article, cliquez ici : PDF


Bibliographie

 


Lire aussi

> 0- Sommaire
> 1- Editorial - OSER L’AUTRE : un défi pour une école bienveillante ?
> 3- L’école laïque et les discriminations ethniques. Les manuels scolaires et l'Islam.
> 4- Les « jeux dangereux » en cycle 3 : état des lieux au service d’une politique de sensibilisation et de prévention des risques encourus avant l’entrée au collège
> 5- Logiques de justice et violences dans les cours de récréation à l'école élémentaire : une étude des désaccords enfantins.
> 6- Des pratiques artistiques pour se rencontrer et coéduquer. Théâtre et danse : vers un « mieux-vivre » en milieu éducatif ?
> 7- Persévérance scolaire au Québec : les déterminants du rapport à l'école selon des jeunes de 10 à 17 ans.
> 8- Le travail éducatif/pédagogique dans un collège français : l’accompagnement de l’évolution des pratiques
> 9- Elèves déconcertants et rencontres difficiles : Partenaire, le médecin scolaire ?


<< Retour