Article

2- Parents d’élèves des quartiers populaires de Marseille : Lignes ethniques, ressemblances morales
par

- Françoise Lorcerie, CNRS, Institut de Recherches et d’Études sur le Monde Arabe et Musulman (IREMAM) UMR 7310, Aix-Marseille Université




Tirant parti du recrutement d’élèves des zones populaires de Marseille dans un « internat d’excellence » nouvellement créé en 2011, l’article s’intéresse aux parents ainsi indirectement sélectionnés. Il questionne d’abord leur particularité. Ont-ils été choisis parce qu’ils seraient exceptionnels de même que leurs enfants ? Ce n’est pas le cas semble-t-il. Leurs enfants ne sont pas exceptionnels au plan scolaire, pas plus qu’eux-mêmes ne le sont au plan socio-économique ou par leurs origines. On peut les considérer comme ressemblant à la masse des parents de milieu populaire de ces quartiers qui se soucient de la scolarité de leurs enfants et aspirent pour eux à de meilleures conditions. L’enquête de type ethnographique permet de connaître l’impact des clivages ethniques sur les configurations familiales, et permet de situer à grands traits le style éducatif qui prévaut dans ces familles.

Mots-clés : Internat, immigré, parent, maghrébin, comorien, Marseille, style éducatif, ethnicité, boarding-school, immigrant, parent, Maghrebian, Comorian, Marseille, educative style, ethnicity.

Pour télécharger la version complète de l'article, cliquez ici : PDF


Bibliographie

 


Lire aussi

> 0- Sommaire
> 1- Editorial
> 3- Les problématiques scolaires des élèves immigrés au prisme de l’ethnicisation des relations entre pairs
> 4- Du territoire au collège : réflexions de terrain dans un établissement ECLAIR des quartiers Nord de Marseille
> 5- Altériser l’environnement : comment des praticiens de l’école s’exemptent d’une remise en cause professionnelle
> 6- Varia - Garder les yeux ouverts : Méta-évaluation d’une expérimentation de formation des personnels des établissements scolaires en France
> 7- Varia - Du « chahut anomique » au sens des situations critiques : enjeux et limites des typologies des désordres scolaires


<< Retour